Ce que les plantes ont à nous dire

Une fois n’est pas coutume, je ne vais pas aborder un sujet technique, mais plutôt vous parler d’un livre. François Couplan, ethnobotaniste et spécialiste des plantes médicinales et comestibles, nous offre le plaisir d’un ouvrage qui se situe entre l’autobiographie, le plaidoyer pour les plantes comestibles – pour paraphraser le célèbre botaniste Francis Hallé – et le traité de philosophie. François Couplan nous invite, d’une plume légère et dynamique, à redécouvrir les plantes sauvages comestibles et à faire de cette découverte la base d’une philosophie de vie tournée vers l’émerveillement et la paix de l’âme. Il s’agit bien d’une redécouverte, puisque ces plantes sauvages comestibles ont assuré une partie très importante de l’alimentation humaine et préhumaine pendant des centaines de milliers, voire des millions d’années.

Ce que les plantes ont à nous dire: un livre de François Couplan, publié aux éditions Les Liens qui Libèrent

Couplan nous propose d’aller au contact de cette végétation comestible au travers de tous nos sens, sans oublier l’usage de certaines plantes comme « portes » vers la perception d’autres « réalités », tel que cela fut – et est encore – pratiqué par les chamans dans de nombreuses régions du monde. Mais Couplan développe cet argumentaire bien au-delà de la simple utilité alimentaire des plantes sauvages, ou de l’intérêt scientifique que l’on peut porter au monde végétal. Il fait de sa passion et de son émerveillement pour les plantes un socle sur lequel appuyer sa philosophie de vie, laquelle ne cherche ni le bonheur, notion très subjective et un peu « absolue », ni ne s’embarrasse des notions de bien ou de mal, de beau ou de laid. Au contraire, François Couplan nous invite à aimer les plantes pour leur seule altérité, et ce faisant à nous dépouiller de nos jugements anthropomorphiques ou moraux. Les plantes sont, tout simplement, sans s’embarrasser de nos dilemmes moraux ou de nos préoccupations pour un futur que l’on espère toujours meilleur et heureux. Tentons, modestement et dans la mesure du possible, de les imiter, nous dit François Couplan. Soyons, tout simplement, dans l’instant présent et apprécions ce qui nous arrive au moment où cela nous arrive, en bien comme en mal.

François Couplan – Ethnobotaniste. Source de l’image : https://www.rustica.fr/plantes-sauvages/interview-francois-couplan-auteur-ce-que-plantes-ont-a-nous-dire,15893.html

Il n’est pas facile de retranscrire ici en quelques mots la pensée de Couplan, ni de communiquer son enthousiasme vis-à-vis des plantes sauvages, et encore moins de partager avec vous, lecteurs, l’intérêt de son approche philosophique, bien loin d’être pessimiste ou fataliste… Je ne peux donc que vous inviter à lire son livre et, comme lui, à écouter ce que les plantes ont à nous dire.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *